ARUC

Recommandations

Que faire pour soutenir une meilleure intégration ? Sept propositions des auteurs

 

Sur le plan des politiques en santé

 

1. Développer un nouveau plan interministériel en toxicomanie qui réaffirme l’importance d’abord de maintenir, puis de développer, l’expertise en toxicomanie présente dans les réseaux de services, qui s’appuie sur des données probantes

Données probantes
Les forces des réseaux de la santé identifiées par les intervenants et gestionnaires concordent avec les aspects significatifs et appréciés des services selon les usagers, ces résultats étant cohérents avec les pratiques gagnantes soutenues par la littérature.

- Tremblay, J., Bertrand, K., Landry, M. et Ménard, J.-M. (2010). Recension des écrits sur les meilleures pratiques en réadaptation chez les adultes toxicomanes. Intervenir auprès des adultes et de leur entourage dans les centres de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes : pratiques gagnantes et offre de services de base. Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec (ACRDQ), Montréal, Canada.
- Pratiques reconnues dans le traitement des jeunes et des adultes aux prises avec une dépendance, Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances, 37 pages.
- Guide AIDQ Association des intervenants en dépendance du Québec. Site Internet : AIDQ Fermer AIDQ + autres guides clés, comme NIDA National Institute on Drug Abuse. Site Internet : NIDA Fermer NIDA ou SAMHSA Substance Abuse and Mental Health Services Administration. Site Internet : SAMHSA Fermer SAMHSA).
- Chauvet M., Kamgang E., Ngamini Ngui A. et Fleury M. J. (2015). L’Addiction aux substances psychoactives : prévalence, utilisation des services et bonnes pratiques. Montréal: Cahier de recherche du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal-Institut universitaire (CRDM-IU), 198 p.

2. Prioriser, dans les plans d’actions du MSSS Ministère de la santé et des services sociaux. Fermer MSSS, l’intégration entre les services spécialisés en toxicomanie, les soins primaires pour améliorer l’accès et la qualité des soins offerts aux personnes aux prises avec une consommation problématique de substances et ceux en santé mentale

Revue critique des écrits
- Cette recommandation s’appuie aussi sur une revue critique récente des écrits (Carey, T. S., Crotty, K. A., Morissey, J. P., Jonas, D. E., Thaker, S., Ellis, A. R., … Viswanathan, M.  (2013). Future research needs for evaluating the integration of mental health and substance abuse treatment with primary care. Journal of Psychiatric Practice. 19(5), 345-359) qui soulève les lacunes entourant l’intégration des services en santé mentale, ceux en toxicomanie et les soins primaires.

Sur le plan de l'offre et de l'organisation des soins en toxicomanie

 

3. Favoriser le repérage et la détection des problématiques de toxicomanie par les services primaires et la référence vers les services spécialisés, par exemple en s’inspirant d’une approche en santé publique identifiée par l’acronyme SBIRT (Screening, brief intervention and referral for treatment) et adaptée pour les personnes dépendantes à l’alcool ou aux drogues

SBIRT - Screening, brief intervention and referral for treatment
Cette approche permet de systématiser la détection de la consommation problématique de SPA Substances psychoactives Fermer SPA, ainsi que l’intervention brève et la référence en traitement qui s’en suivent :

- Babor, T. F., McRee, B. G., Kassebaum, P. A. Grimaldi, P. L., Ahmed, K. and Bray, J. (2007). Screening, brief intervention, and referral to treatment (SBIRT). Substance Abuse, 28(3), 7-30.

Selon ces auteurs, le modèle SBIRT, malgré sa pertinence et son efficacité n’est pas largement implanté dans le réseau de soins de santé :

- O’Donnell, A. Anderson, P., Newbury-Birch, D. et al. (2014). The impact of brief alcohol interventions in primary healthcare: a systematic review of reviews. Alcohol Alcohol, 49(1), 66-78.
- Angus, C., Latimer, N., Preston, L. et Li, J., (2014). What are the Implications for Policy Makers? A Systematic Review of the Cost-Effectiveness of Screening and Brief Interventions for Alcohol Misuse in Primary Care. Front Psychiatry, 1(5), 114 pages.

 

4. Faciliter le cheminement des personnes toxicomanes dans les réseaux de services dont elles ont besoin en :

  • simplifiant les procédures d’accès aux services;
  • développant et formalisant les collaborations entre les différents organismes;
  • apportant un soutien actif à ces personnes dans leurs parcours intra et inter organisationnel;
  • adaptant l’offre de services au rythme des usagers.

Quelques exemples :

→ Guider le déploiement d’une offre de soins qui s’appuie sur le principe du no wrong door.

No wrong door
- Selon ce principe, tout individu devrait être en mesure d’obtenir le service adéquat peu importe à quel niveau ou type de service il s’adresse, le travail de référence et d’accompagnement relevant alors du système et non de l’individu. Selon les nombreux obstacles aux demandes d’aide vécus par les personnes rencontrées dans le cadre de cette étude, ce principe de no wrong door paraît être une avenue intéressante pour faciliter l’accès aux soins en toxicomanie, mais aussi pour des problèmes associés, particulièrement ceux en santé mentale (National Treatment Strategy Working Group (2008). A Systems Approach to Substance Use in Canada : Recommendations for a National Treatment Strategy. Ottawa: National Framework for Action to reduce the harms Associated with Alcohol and Other Drugs and Substances in Canada, 55 pages).

→ Créer un mécanisme de références standardisées (systématiser les mécanismes de coordination vers les CRD) et proactif (mécanismes proactifs envers la clientèle) par région pour les adultes toxicomanes.

→ Consolider les corridors de service existants entre la cour criminelle et les soins spécialisés en dépendance et entre ces derniers et l’urgence hospitalière tout en favorisant le développement de nouveaux corridors de services avec divers milieux, par exemple en soins primaires et avec les ressources communautaires offrant des services de proximité.

Corridors de services
- Dans une certaine mesure, les portes d’entrée de l’urgence et de la Cour criminelle, étant donné leurs pratiques de détection et de références, facilitées par un corridor de services formels, se sont inspirées du modèle SBIRT avec d’ailleurs les résultats favorables attendus.

→ Élargir la création d’équipes mixtes d’intervention regroupant des acteurs de plusieurs organisations travaillant dans un même lieu, comme c’est le cas des équipes de liaison en milieu hospitalier ou du Programme de traitement de la toxicomanie du Québec (PTTCQ).

Équipes de liaison
- Blanchette-Martin, N., Ferland, F., Tremblay, J., Garceau, P., Pichette, È., Giroux, F. et Lavoie, G. (2013). Des équipes de liaison spécialisées en dépendance implantées en milieu hospitalier. Dans C. Plourde, M. Laventure, M. Landry & C. Arseneault (dir.), Sortir des sentiers battus : pratiques prometteuses auprès d’adultes dépendants. Québec : Presses de l’Université Laval, 113-130.
- Goyette, M., Charbonnau, R., Plourde, C. et Brochu, S. (2013). Conjuguer réadaptation et justice : un défi possible. Dans C. Plourde, M. Laventure, M. Landry & C. Arseneault (dir.), Sortir des sentiers battus : pratiques prometteuses auprès d’adultes dépendants. Québec : Presses de l’Université Laval, 113-130.

→ Trouver des voies de conciliation qui permettront d’améliorer la confiance et la communication entre les intervenants du milieu judiciaire et ceux du réseau de la santé et des services sociaux, tout en respectant les obligations respectives de chacun, notamment autour des enjeux de la confidentialité, de l’instrumentalisation des interventions et de la continuité des interventions.

→ Surveiller comment la nouvelle structure du MSSS permettra de favoriser (ou non) l’établissement de meilleures passerelles de services pour les personnes toxicomanes (par exemple, en permettant une circulation plus fluide de l’information au sein des CISSS Centres intégrés de santé et de services sociaux. Fermer CISSS et des CIUSSS Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux. Fermer CIUSSS).

→ Privilégier des approches d’intervention centrées sur l’usager,

Interventions centrées sur l'usager
- Brousselle, A. and Lamothe, L. (2010). Integrating services for patients with mental and substance use disorders: What matters? Canada, Health Care Manage Rev. 35(3), 212–223;

- National Treatment Strategy Working Group (2008). A Systems Approach to Substance Use in Canada : Recommendations for a National Treatment Strategy. Ottawa: National Framework for Action to reduce the harms Associated with Alcohol and Other Drugs and Substances in Canada, 55 p.

en s’appuyant sur des dispositifs de rétroaction tels que les études clientèles,
Études clientèles
Perreault M., White, N. D., Fabrès, E., Landry, M. Anestin, A. S. and Rabouin, D. (2010). Relationships between perceived improvement and treatment satisfaction among clients of a methadone maintenance program. Evaluation and Program Planning, 33, 410–417.
le panel d’usagers,
Panel d'usagers
Perreault M., Mpiana, A. and Bourassa, F. (2010). Implementation of a Panel of Service Users for the Evaluation of Mental Health Outpatient Services. Evaluation & the Health Professions, 33(4) 480-496.
ou encore l’intégration de pairs au niveau de l’intervention.
Intégration des pairs
Perreault, M., Komaroff, J., Côté, F. et Lauzon, P. (2013). L’approche par les pairs dans le domaine de la toxicomanie. Drogues, Santé et Société, 12(1), 1-6).

 

Sur le plan de l'offre et de l'organisation des soins en toxicomanie

 

5. Sensibiliser les intervenants des soins primaires à la problématique de la toxicomanie. Plus spécifiquement:

→ À leur rôle de soutien dans la démarche de changement et de recherche d’aide des personnes toxicomanes et à l’impact positif que peuvent avoir leurs interventions sur la motivation, les comportements de consommation et les habitudes de vie de ces usagers. Les sensibiliser aux effets cumulatifs des traitements en toxicomanie :

  • Soutien à la démarche de changement
Soutien
- Hubble, M.A., Duncan, B.L., Miller, S.D. and Wampold, B.E. (2010). Introduction. In B.L. Duncan, S.D. Miller, B.E. Wampold, & M.A. Hubble (dir.), The heart and soul of change : delivering what works in therapy (2nd ed.). Washington, DC : American Psychological Association, 23-46.
- McCrady, B.S. and Nathan, P.E. (2006). Treatment factors in treating substance use disorders. Dans L. G. Castonguay et L. E. Beutler (dor.), Principles of therapeutic change that work. London, England: Oxford University Press, 319-340.
- Mee-Lee, D., McLellan, A.T. and Miller, S.D. (2010). What works in substance abuse and dependence treatment. In B.L. Duncan, S.D. Miller, B.E. Wampold, & M.A. Hubble (dir.), The heart and soul of change: delivering what works in therapy (2nd ed.). Washington, DC: American Psychological Association, 393-417.
- Miller, W.R. (2012). Meeting in the middle: motivational interviewing and self-determination theory. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, 9, 25.
  • Impact positif
Impact
- Best., D., Rome, A., Hanning, K. A., White, W., Gossop, M., Taylor, A. and Pekins, A. (2010). Treatment of drug dependence and evidence of effectiveness. Dans D. Best, A. Rome, K. A. Hanning, W. White, M. Gossop, A. Taylor, & A. Perkins (dir.), Research for recovery: a review of the drug evidence base. Écosse : Scottish Government Social Research, 47-64.
- Tremblay, J., Bertrand, K., Landry, M. et Ménard, J. M. (2010). Recension des écrits sur les meilleures pratiques en réadaptation auprès des adultes alcooliques ou toxicomanes. Dans P. Desrosiers et J.-M. Ménard (dir.), Les services de réadaptation en toxicomanie auprès des adultes dans les centres de réadaptation en dépendance. Montréal : ACRDQ, 11-88. 
  • Effets cumulatifs des traitements
Effets
- Bertrand, K., Nadeau, L. et Flores-Aranda, J. (2012). Femmes, toxicomanie et inadaptation sociale grave : l’intégration des services au long cours. In M. Landry, S. Brochu & C. Patenaude (dir.), L’intégration des services en toxicomanie. Québec: PUL, 131-158.

→ À la complexité et à la « non linéarité » des trajectoires addictives afin que les attentes des intervenants puissent s’adapter à ces parcours et qu’ils soient mieux préparés à la patience face au rétablissement qui s’étend parfois sur le long cours;

Trajectoires addictives
- Bertrand, K., & Nadeau, L. (2006). Toxicomanie et inadaptation sociale grave : perspectives subjectives de femmes en traitement quant à l’initiation et la progression de leur consommation. Drogues, santé et société, 5, 9-44.
- Brochu, S. et Parent, I. (2005). Les flambeurs : trajectoires de vie de consommation de cocaïne.  Ottawa: Presse de l’Université d’Ottawa.
- Brunelle, N, Bertrand, K. Brochu, S., Landry, M., Flores-Aranda, J. and Patenaude, C. (2015) Recovery from substance use. Drug dependent people’s experiences with sources that motivate them to change. Drugs: Education, Prevention & Policy, 22(3),301-307 (Lire l'article).
- Brunelle, N., Cousineau, M. M. et Brochu, S. (2005). Juvenile drug use and delinquency: Youths' accounts of their trajectories. Substance Use and Misuse, 40, 721-734.
- Hser, Y., Longshore, D. and Anglin, D. (2007). The life course perspective on drug use: A conceptual framework for understanding drug use trajectories. Evaluation Review, 31, 515-547.

→ À l’importance d’adopter une attitude ouverte et empathique face aux personnes ayant des problèmes de consommation d’alcool et de drogues afin de maintenir ou faire évoluer leur motivation au changement et les encourager à poursuivre leur démarche de recherche d’aide.

 

6. Rendre accessible et développer des activités de formation en toxicomanie

Formation
- L’étude d’Aalto, Pekuri et Seppä (Aalto, M., Pekuri, P. and Seppä, K. (2001). Primary health care nurses and physicians attitudes, knowledge and beliefs regarding brief intervention for heavy drinkers. Addiction, 96(2), 305-311) souligne que les professionnels qui œuvrent dans les soins de première ligne considèrent le manque de formation en toxicomanie comme une barrière importante à leur intervention en ce domaine.

La formation est une stratégie importante pour réduire la stigmatisation de la clientèle toxicomane dans les milieux de soins.

Par exemples :

  • Renouveler l’offre de formation du MSSS Ministère de la santé et des services sociaux. Fermer MSSS pour rejoindre les intervenants qui n’en ont pas profité jusqu’ici;
  • Soutenir l’accès à des activités de formation continue pour maintenir le niveau d’expertise recherché et stimuler l’intérêt des intervenants dans le domaine de la toxicomanie au-delà des formations ponctuelles;
  • Mettre en œuvre des activités de formation ciblées sur la détection incluant les différents outils de détection, leur usage et leur interprétation;
  • Ces activités devraient être appuyées par la diffusion d’information sur l’offre de services dans chaque territoire (par dépliants, bottins, sites Internet) de même que par de l’information sur le dispositif de référence et de suivi post-évaluation;
  • Recourir également à des activités de réseautage permettant de faire connaître les organismes partenaires des différents réseaux ainsi que leur mode de fonctionnement, notamment leurs processus de référence. Ces activités favorisent de plus l’établissement de liens personnalisés entre les intervenants de ces organismes afin de susciter les consultations et de rendre plus fluides les références. Par exemple, des journées « portes ouvertes », de brefs stages inter-établissements, des ateliers conjoints de discussion centrés sur « qui fait quoi » pour les différentes situations de troubles concomitants. Tel que proposé par certains participants, la mise en œuvre d’activités de formation croisée semble toute indiqué;
Formation croisée
Programme de Formation croisée

- Perreault, M., Wiethaueper, D., Perreault, N., Bonin, J. P., Brown, T. et Bruneau, H. (2009). Meilleures pratiques et formation dans le contexte du continuum des services en santé mentale et en toxicomanie : le programme de formation croisée du sud-ouest de Montréal. Santé mentale au Québec, 34(1), 143-160.

  • Formaliser et systématiser les processus de collaboration (agents de liaison, suivi d’intensité variable/intensif organisé entre les secteurs/ressources, mécanismes de références standardisés, plans de services individualisés) surtout dans un réseau mouvant où il y a beaucoup de changements organisationnels et de personnel.
Collaboration
- Fleury, M.-J. (2006). Integrated service networks: The Quebec case. Health Services Management Research, 19, 153-165.

 

7. Offrir du soutien clinique approprié aux intervenants, tant au sein de leur organisation qu’en collaboration avec les partenaires, notamment les Centres de réadaptation en dépendance. Pour ce faire et compte-tenu de la nouvelle organisation du réseau de la santé et des services sociaux (les CISSS Centres intégrés de santé et de services sociaux. Fermer CISSS et les CIUSSS Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux. Fermer CIUSSS), il sera important de préserver la mission « dépendance » et d’affirmer le rôle des CRD Centres de réadaptation en dépendance. Fermer CRD dans les activités de formation et de soutien au réseau. Les intervenants spécialisés en dépendance, par leurs contacts continus et privilégiés avec les personnes toxicomanes, ont développé non seulement une expertise pour intervenir auprès d’elles mais également un préjugé favorable à leur égard. Ils sont en bonne position pour soutenir les intervenants du reste du réseau en établissant des liens de confiance et une attitude d’ouverture.

Soutien clinique
- Il y a la littérature aussi qui dit qu’il faut superviser pour faire changer les pratiques. Voir guide de pratiques de l’AIDQ 2010; Tremblay, J., Bertrand, K., Landry, M. et Ménard, J.-M. (2010). Recension des écrits sur les meilleures pratiques en réadaptation chez les adultes toxicomanes. Intervenir auprès des adultes et de leur entourage dans les centres de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes : pratiques gagnantes et offre de services de base. Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec (ACRDQ), Montréal, Canada; Pratiques reconnues dans le traitement des jeunes et des adultes aux prises avec une dépendance, Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances, 37 pages.

Voir l'équipe de recherche

Pour en savoir plus