constat 4

Les impacts cumulés des services sont porteurs d’espoir mais la recherche d’une aide adaptée aux besoins est parfois un réel parcours à obstacles et la trajectoire de services se dessine souvent sur le long cours

Les démarches de changement et de recherche d'aide: les difficultés et les obstacles

  • Malgré que les personnes toxicomanes perçoivent des impacts positifs des traitements reçus pour leur consommation, leur propos révèlent que ces impacts ne sont pas toujours visibles à court terme, du moins pour ce qui est de la consommation
Impacts pas toujours visibles à court terme
- En effet, les trajectoires addictives sont sinueuses, marquées par des variations de la consommation et des périodes d’abstinence et de rechute; tandis que les trajectoires de services montrent une utilisation parfois répétée de ressources variées (CSSS, CRD, ressources privées et communautaires, groupes d’entraide).
Les prestataires de services corroborent les propos des usagers au sujet des obstacles à l'accès aux services. Ils sont particulièrement affectés par les critères d’admissibilité de certaines ressources qui peuvent limiter l’accès à des clientèles ayant des profils cliniques plus complexes. Ils ajoutent que la clientèle toxicomane n’est pas toujours la bienvenue dans certaines ressources. Enfin, d’autres obstacles à l’accès aux services tels que le manque de ressources pour certaines clientèles spécifiques (anglophones, dépendantes aux opioïdes, etc.), le manque de flexibilité et de mobilité (ex. heures d’ouverture limitées, éloignement, etc.) et certains contextes plus difficiles pour l’offre de services (ex. dans les établissements de détention) ont été nommés. « Alors ce n’est pas parce que tu es rendu avec un besoin de deuxième ligne que tout à coup, tu es très mobile. Des fois, tu demeures avec des besoins de proximité puis tu ne veux pas quitter le territoire. Mais c’est comme si tu as des plus grands besoins, bien on va te demander de te déplacer plus, d’être plus autonome »  (Gestionnaires, CSSS-CLSC) Fermer Les prestataires de services corroborent les propos des usagers au sujet des obstac...
  • Malgré que la clientèle toxicomane ait consulté plusieurs services (au cours de sa trajectoire) pour régler ses problèmes de toxicomanie, les démarches de recherche d’aide ont été vécues difficilement pour certains participants qui ont rencontré différents obstacles à l’accès aux services et à l’obtention d’une réponse qui soit réellement adaptée à leurs besoins.

Ces derniers ont notamment mentionné:

Obstacles à l'accès aux services et à l'obtention d'une réponse
- Une certaine Confusion Extrait d’entrevue : « Je me dis que j’étais pas à la bonne place pour faire ma demande, je sais pas. C’est où qu’il faut faire la demande ? Même à l’hôpital, j’ai fait la demande tu sais. J’ai demandé au psychiatre de l’hôpital. Je lui ait dit : « Moi j’aimerais rencontrer un psychologue aussi ». Pas de nouvelle. Fais que là j’ai dit : « Criss ! Même à l’hôpital j’ai pas eu de nouvelles ». Où il faut aller tu sais. » (Bernard, usager recruté à l’urgence hospitalière) Fermer confusion au niveau des portes d’entrée pour obtenir des services : à qui doit-on s’adresser?
- Les délais d’accès et les listes d’attente;
- La lourdeur des procédures administratives;
- Les Critères Extrait d’entrevue : À un moment donné, je me souviens d’avoir appelé une place [un centre de thérapie]. Je dormais dans un parc dans ce temps-là. Il y avait une cabine téléphonique. J’ai quêté 25 cents. J’ai téléphoné et la personne au bout du fil m’a dit : « Il faut que vous soyez sobre une semaine avant d’entrer. » J’ai dit : « Madame, je suis même pas capable de rester sobre 10 minutes. [C’est] là là, tout de suite ou jamais. » Elle a dit : « Soyez sobre (…) » Fais que j’ai raccroché. » (Claire, usager recruté à l’urgence hospitalière) Fermer critères d’admissibilité qui sont parfois restreints;
- L’accès difficile à certaines ressources:
. par manque de places / engorgement;
. dans les régions éloignées des centres urbains, etc.

 

Plusieurs personnes qui font face à ces difficultés vivent de la déception et se sentent impuissantes face à leur problématique et leurs démarches de demande d’aide. Elles jugent ne pas recevoir les informations ou les services liés à leurs besoins.

 

Les démarches de changement et de recherche d'aide: les facteurs facilitants

Certains usagers rencontrés ont d’ailleurs vécu des expériences positives au moment de demander de l’aide dans les services.  Ils ont apprécié la fluidité et la rapidité du processus et ont pu obtenir le service demandé ou une référence vers un service approprié à leurs besoins. « J’ai parlé avec le médecin. J’ai dit : « J’ai besoin d’aide (…) je veux aller faire une thérapie. » Du moment que j’ai dit ça, ça a déboulé, ça n’a pas été long (…) L’intervenante qui s’est occupée de moi a vérifié les endroits où je pouvais faire une thérapie. Ça a été super bien. » (Fabrice, urgence hospitalière) Fermer Certains usagers rencontrés ont d’ailleurs vécu des expériences positives au m...
  • Malgré les obstacles, les rechutes et les demandes d’aide parfois multiples, de nombreux usagers soulignent les Impacts cumulatifs Extrait d’entrevue : « Puis mettons que je n’écoute pas, mais le subconscient écoute pareil, puis il y a des choses qui restent dans notre conscience puis qui restent là. Parce que si je n’étais jamais allé à cette thérapie-là (passée), jamais j’aurais choisi cette thérapie (actuelle). » (Alexandre, Cour) Fermer impacts cumulatifs des différents services utilisés au cours de leur trajectoire.

 

Effectivement, il semble que ce soit au fil des tentatives répétées de changement et de demandes d’aide que la sortie de la toxicomanie se dessine progressivement

Impacts cumulatifs des services
- Ainsi, même si les impacts des services ne sont pas toujours visibles dès les premiers contacts, ils peuvent être bien réels;
- Chaque service permet de faire évoluer les réflexions, de raffermir la motivation au changement et d’acquérir de nouveaux outils qui les font cheminer dans leur trajectoire de réadaptation.

 

  • La difficulté d’accès aux services est bien réelle, tel que le soulignaient à la fois les usagers et les prestataires de services. Malgré tout, les gestionnaires et intervenants que nous avons rencontrés soulignent que les ressources font de plus en plus preuve d’ouverture et de flexibilité pour faciliter cet accès aux services à la clientèle toxicomane
Ouverture et flexibilité
- Ils offrent un meilleur accueil à la clientèle toxicomane;
- Les Services Extrait d’entrevue : « Je dirais que la philosophie est de se dire qu’on ne refusera pas de donner de services avec le fait qu’il y ait de la consommation. Donc, par exemple, entre autre au niveau de la santé mentale (…) On a une approche où on peut aborder les deux [problématiques] de façon concomitante. » (Intervenant, CSSS-CLSC) Fermer services s’adaptent davantage aux besoins de cette clientèle et à la présence de plus d’une problématique;
- Certains intervenants font preuve de créativité et de persévérance pour référer la clientèle au bon service.

 

Lire le cinquième constat