constat 1

Les participants détectés présentent des problèmes sévères de consommation d’alcool et de drogues et de détresse psychologique qui supposent une grande utilisation de services

La consommation et la détresse psychologique

43 %

présente une dépendance modérée ou élevée à l'alcool

23 %

affiche une dépendance modérée ou élevée aux drogues illicites. Les drogues jugées les plus problématiques sont la cocaine et le cannabis

27 %

présente une dépendance modérée ou élevée à l'alcool et aux drogues illicites

63 %

éprouve de la détresse psychologique sévère. Plus les problèmes de consommation sont sévères, plus la détresse est importante

L'utilisation des services

 

  • Les Participants Extrait d’entrevue : « Et évidemment la clientèle qui consomme c’est beaucoup une clientèle psychiatrique alors celle-là, ils ont donc des problèmes mixtes, des problèmes psychiatriques de toutes sortes et des problèmes de consommation. » (médecin, centre hospitalier) Fermer participants rapportent une moyenne de 7,8 Services différents Extrait d’entretien : « C’est plusieurs démarches d’aide (…) puis quand on fait l’historique, bon : « Tu as commencé à consommer quand ? Est-ce que tu es capable de dire qu’est-ce qui a amené ta consommation ? » Puis tu regardes. « Ah ! J’ai fait une thérapie. » Bon : « Est-ce que tu l’as complétée ? » Elle a plusieurs thérapies non complétées, bon ou même si elles sont complétées, il y a des rechutes. T’sais, il y a plusieurs paliers de services qui ont été utilisés… » (intervenant, milieu correctionnel) Fermer services différents utilisés dans les 5 dernières années

     

    • 60% ont rapporté avoir utilisé plus de 2 services différents en toxicomanie dans les 5 dernières années

     

    • La sévérité des problèmes de consommation et de détresse psychologique entraîne une plus grande utilisation de services;
    • Toutefois, plus la détresse psychologique est importante au premier temps de mesure, moins les participants ont réduit leur consommation un an après la détection de leur problématique de toxicomanie (au 2e temps de mesure);
    • Les données gouvernementales sur les consultations médicales et hospitalières des participants indiquent que leur utilisation des services d’urgence hospitalière a diminué suite à la détection de leur problématique de consommation;
    • Une plus grande utilisation des services en toxicomanie prédit une diminution des consultations auprès des urgences
    mbi : mois avant la détection/ month before index mafi : mois après la détection/ month after index

    mbi : mois avant la détection/ month before index
    mafi : mois après la détection/ month after index

     

    Lire le deuxième constat